Dynastar

C'est au pied du Mont Blanc que Dynastar a construit son histoire pour devenir une marque mondiale. 50 ans plus tard la production "Made in France" est toujours maintenue dans la seule usine de skis française, à Sallanches.

La marque couvre toutes les pratiques possibles du ski : de la piste au freeride en passant par la course et le ski de randonnée. Décennie après décennie, les skis Dynastar ont forgé une ligne unique et innovante.

En 1966, le symbole de la marque devient la "Cime". Inspirée de l'emblème de la ville de Sallanches symbolisant la jonction des 2 rivières qui traverse la ville, la Frasse et la Sallanches, la "Cime" fait référence à son terrain de jeu : la montagne. Nombreux sont aussi ceux qui l'identifient en tant que le "logo Moustache".

lire la suite


Découvrez toute la gamme LEGEND Dynastar

voir toute la collection

ski SPEED ZONE 4X4 DynastarLa nouveauté cette saison c'est la gamme 4X4. Une gamme de skis ultra polyvalente, légère et agile sous le pied pour avaler toutes les aspirités du terrain et gagner en sensations ! Le ski parfait pour un maximum de plaisir et de fun en station ! Découvrir

CHAUSSURES LANGE
BAGAGERIE

Top ventes


En savoir plus sur Dynastar 

1963

C’est en 1963 que la marque à la moustache effilée prend forme du côté de Sallanches grâce à l’union inspirée d’industriels aux ambitions affirmées. De la collaboration entre les skis Starflex fabriqués par les Plastiques Synthétiques avec Dynamic naissent de nouveaux skis performants appelés Compound et une marque – Dynastar – subtile contraction de Dynamic et Starflex.

1966

Les Championnats du monde de Portillo en 1966 donnent le goût de la victoire à Dynastar. Marielle Goitschel et Guy Perillat offrent les trois premiers titres de champion du Monde et les trois premières médailles d’argent de l’histoire de la marque. Dynastar devient ainsi le fabricant le plus médaillé aux Championnats du monde.

1967

Le 31 mai 1967, Laurent Boix-Vives, PDG de Rossignol, séduit par l’esprit conquérant et l’audace de Dynastar, rachète tous les actifs des Plastiques Synthétiques aux Ressorts du Nord.

Sallanches produit alors plus de 100 000 paires par an ! Dynastar décide de se lancer à la conquête de l’Ouest et parvient à réussir en Amérique ! Ces années sereines vont permettre d’ancrer définitivement les valeurs phares de l’entreprise. La marque peut se donner les moyens de son ambition et faire résonner ses mots-clés : « qualité et amour du travail », « solidarité », « synergie entre les hommes, les compétences, les fonctions », « éthique respectée » ou encore « passionnés du ski qui innovent ».

1980

Dans les années 80, les ventes sont linéaires. 10 à 15 % annuels, jusqu’aux historiques hivers de 1987 et 1988, avec des records de vente : 530 000 paires pour 270 millions de chiffre d’affaires. Dynastar croque les années 80 à pleines dents et s’allie avec Lange Ski Boots.

1984

En 1984, le « Course doré » atteint un nouveau sommet technologique et se dote d’une étrange boule rouge : le Contact system, un amortisseur en spatule qui marquera son temps. Aux Jeux olympiques de Sarajevo, l’Italienne Paoletta Magoni et l’Américaine Debbie Armstrong remportent respectivement l’or en slalom et en géant. Didier Bouvet empoche le bronze en slalom.

1992

À Albertville en 1992, puis à Lillehammer en 1994, la marque est la plus médaillée des Jeux olympiques. Les étoiles s’appellent cette fois Marc Girardelli, Kjetil André Aamodt et Deborah Compagnoni. Kjetil André Aamodt et Marc Girardelli glanent quatre médailles.

1996

 Dynastar est en pointe de la révolution parabolique avec ses premiers skis Max développés en quelques mois. Dynastar sera un des leaders et précurseurs de ces nouvelles générations de ski, plus ludiques, plus faciles, plus modernes.

1998

Dynastar est le premier à sortir une gamme de ski freeride : le 4X4. Les riders emblématiques de la marque sont notamment Jeremy Nobis et Arno Adam.

2001

La dernière décennie a été celle du ski féminin. Cette période porte le sceau de l’Exclusive, cette gamme dédiée aux femmes. Une fois encore, Dynastar a fait fort en étant la première marque, en 2001, à réfléchir à une technologie propre à la morphologie des skieuses.

2005

En 2005, le Groupe Rossignol est racheté par la marque australienne Quiksilver, puis repris par la société Chartreuse et Mont Blanc. La stratégie suivie est de faire du site industriel de Sallanches un pôle d’excellence du Groupe, spécialisé dans les skis haut de gamme.

2009

Aurélien Ducroz, membre de l’équipe Dynastar depuis 2004, a laissé sa trace dans le freeride de la dernière décennie. Vainqueur d’événements prestigieux comme le Nissan Xtreme à Verbier ou le Nissan Freeride à Chamonix, le Chamoniard a été sacré deux fois champion du monde, en 2009 et en 2011. Il s’est par ailleurs illustré en mer en participant à des courses de voile mythiques : la Transat 6.50 et la Transat Jacques Vabres.

2014

Sochi 2014 : Dynastar remporte deux titres olympiques historiques !

Le mercredi 12 février, Dominique Gisin devient championne olympique de descente ex æquo avec Tina Maze. À 28 ans, la skieuse suisse a déjà une carrière riche en moments forts : le bonheur avec 7 podiums de Coupe du monde, dont 3 victoires, et la douleur avec de multiples blessures au genou. Une médaille d’autant plus importante pour elle : « Cette médaille olympique est un rêve devenu réalité. Elle représente vraiment beaucoup de travail, de larmes, de déceptions, mais surtout la volonté de ne jamais renoncer. Aujourd’hui, j’ai ressenti comme une libération pendant cette descente. »

En skicross, Jean-Frédéric Chapuis et Arnaud Bovolenta réalisent à Sotchi un fantastique doublé en remportant respectivement l’or et l’argent, et sont rejoints sur le podium par un autre Français, Jonathan Midol. Se hissant sur les plus hautes marches grâce à leurs runs tout en puissance et en maîtrise, les deux skieurs de l’équipe Dynastar offrent à la France une victoire historique. Jean-Frédéric Chapuis, champion en 2013, est très satisfait de sa course : « C’est une performance énorme. Cette victoire, nous la devons à une équipe, à Michel Lucatelli et tous ceux qui l’entourent, kinés, techniciens, médecin. Nous avons fait une très grosse préparation physique, et elle est récompensée aujourd’hui. Honnêtement, rien n’a été laissé au hasard pour décrocher ce triplé. C’est magnifique. »

lire la suite